Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères | Géographie-cités | http://www.parisgeo.cnrs.fr | Imprimer la page

Accueil

Présentation

Géographie-cités - UMR 8504

Directeur : Éric Denis - Directrice adjointe : Sandrine Berroir Secrétariat général : Martine Laborde
Le laboratoire Géographie-cités est une unité mixte. Il compte trois cotutelles principales avec le CNRS : l’Université Panthéon-Sorbonne, l’Université de Paris (ex Paris Diderot) et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il fédère plus d’une soixantaine d’enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs, techniciens et près de quatre-vingt doctorants, autour de recherches qui combinent réflexions (...) Lire la suite

Les derniers ouvrages publiés

 
A. FLEURY, M. DELAGE, L. ENDELSTEIN, H. DUBUCS et S. WEBER (dir.) Le petit commerce dans la ville-monde Paris, L’Oeil d’or, collection Critiques et Cités Le petit commerce est souvent (...)

A la une : Marie-Vic Ozouf-Marignier, docteur honoris Causa de l’Université Eötvös Loránd de Budapest.

Marie-Vic Ozouf-Marignier, directrice d’études à l’EHESS et membre de l’équipe E.H.GO, a reçu le 16 octobre dernier le titre de docteur Honoris Causa de l’université hongroise Eötvös Loránd à Budapest.

Géographe et historienne, Marie-Vic Ozouf-Marignier œuvre depuis 1996 au développement de relations fructueuses entre l’Université Eötvös Loránd et l’EHESS, qu’il s’agisse de coopération en matière d’éducation et de recherche, ou de la formation des doctorants et des jeunes chercheurs hongrois.

Suite à cette distinction honorifique, Marie-Vic Ozouf-Marignier a donné le 18 octobre une conférence devant les membres la Faculté des Sciences Humaines de l’université Eötvös Loránd sur le thème de l’utilisation de l’approche territoriale pour l’analyse de divers phénomènes économiques, sociaux et politiques

Pour plus d’information.

Le confinement sur le Campus Condorcet : infos pratiques

Le Campus Condorcet reste ouvert mais, conformément à la circulaire MESRI du 30 octobre relative aux consignes de mise en œuvre du confinement adapté dans l’enseignement supérieur et la recherche, et suite au déclenchement du plan Vigipirate niveau « urgence attentat », les mesures suivantes ont été prises pour adapter son fonctionnement :

1) Une partie des espaces du campus est fermée jusqu’à nouvel ordre :

2) Les bureaux sont accessibles aux personnes autorisées par leur employeur et munies de leur badge d’accès sur les plages horaires habituelles. Les accès aux bâtiments ont été modifiés comme suit :

3) Les bâtiments de recherche et l’espace associatif et culturel seront fermés les week-ends jusqu’à nouvel ordre.

4) Des salles sont équipées d’un système de visioconférence et peuvent être mises à disposition pour les enseignements à distance. Les personnes intéressées doivent, pour ce faire, prendre attache auprès de leur établissement de rattachement.

5) Les permanences du GED Hors les murs sont ouvertes sur rendez-vous les mardis, jeudis et vendredis de 12h à 16h (Pour plus d’information).

6) Le restaurant du CROUS est, pour le moment, fermé.

300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération.

Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle.

Motion relative au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Nous, membres du laboratoire Géographie-cités (UMR 8504), réuni.e.s en Assemblée Générale ce lundi 20 janvier 2020, déclarons être mobilisé.e.s contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Nous nous inscrivons à ce titre dans le mouvement social en cours contre la réforme des retraites et pour la défense des services publics, afin de faire bloc contre les mesures qui visent à la destruction de l’État social.

Nous dénonçons les orientations de la LPPR, qui ne peuvent que conduire à une plus forte concurrence entre les personnels et les établissements, à la précarisation des personnels, à l’augmentation de la souffrance au travail et contribueront à institutionnaliser la dégradation progressive de l’enseignement universitaire et de la recherche publique.

Le projet de LPPR met en danger le statut des travailleuses.eurs de l’ESR. En particulier, nous contestons la remise en cause des statuts des enseignant.e.s-chercheur.e.s, chercheur.e.s, ingénieur.e.s et ITA par la contractualisation préoccupante et croissante de l’ESR, et le renforcement des logiques d’évaluation (non collégiales). Nous refusons notamment toute modulation de service pour les enseignant.e.s chercheurs.ses.

Il ne s’agit pas d’une attaque isolée. Ce projet de loi s’inscrit dans un agenda politique de destruction des droits des travailleuses.eurs, de même que les réformes inter-sectorielles concernant l’assurance chômage et les régimes de retraite. Dans l’ESR, comme dans les autres secteurs, ces réformes pénaliseront d’abord les personnes les plus touchées par la précarité, notamment les femmes et celles et ceux qui multiplie(ro)nt les vacations et les contrats précaires (ingénieur.e.s, doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s…).

À l’inverse des logiques portées par ces réformes, nous exigeons des investissements nécessaires pour assurer un véritable service public de l’enseignement supérieur et une recherche publique indépendante. Nous exigeons une forte augmentation des financements pérennes destinés aux laboratoires et une diminution de la part du financement issue de la recherche sur projets. De plus, nous exigeons la revalorisation du point d’indice des personnels de la recherche, notamment les ITA et BIATSS, l’augmentation du nombre de postes ouverts aux concours et le remplacement systématique des personnels de l’ESR partant à la retraite.

Nous nous associons aux motions déjà votées dans d’autres structures de l’ESR et notamment celle votée le samedi 18 janvier 2020 par l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte. Nous appelons à une mobilisation massive et à la mise en place d’actions concrètes pour défendre nos droits et pour soutenir les luttes en cours.



Brèves Séminaire E.H.GO La séance du séminaire de l’équipe E.H.GO aura (...) Séminaire P.A.R.I.S La séance du séminaire de l’équipe P.A.R.I.S aura (...) Séminaire C.R.I.A La séance du séminaire de l’équipe C.R.I.A aura (...) Séminaire E.H.GO La séance du séminaire de l’équipe E.H.GO aura (...) Séminaire P.A.R.I.S La séance du séminaire de l’équipe P.A.R.I.S aura (...)