Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page

Agenda

««    2021    »»
««    Septembre    »»
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Prochains événements
Aucun événement à venir d'ici la fin du mois
Lire aussi

Soutenance de thèse de Chun-ya LIU

Chun-ya LIU soutiendra une thèse en géographie/aménagement intitulée :

Régimes politiques, développement économique et croissance urbaine de Taiwan

La soutenance aura lieu le mercredi 2 septembre à 14h, au Centre Sorbonne (Salle Duroselle, Galerie J.B. Dumas 14 rue Cujas, 75005 Paris).

Le jury de la thèse se compose des membres suivant.e.s :

  • Mme. Natacha AVELINE-DUBACH, Directrice de thèse, Directrice de recherche CNRS, Géographie-cités
  • M. Gilles GUIHEUX, Rapporteur, Professeur, Université de Paris
  • Mme. Nadin HEÉ, Rapporteure, Junior professeur, Université libre de Berlin
  • Mme. Nathalie LANCRET, Examinatrice, Directrice de recherche CNRS, AUSSER
  • Son Excellence Chih-chung WU, Examinateur, Ambassadeur de Taiwan en France ; Professeur, Université de Soochow (Taiwan)

Résumé

Cette thèse livre une lecture macro-régionale du processus d’urbanisation à Taiwan depuis ses origines, soit sur une durée de quatre siècles. Les caractéristiques de la croissance des villes sont saisies en lien avec les stratégies de développement des divers régimes qui se sont succédés sur l’île. La méthode croise une approche historique, basée sur les écritures controversées du grand récit taiwanais, avec des techniques d’information géographique (logiciel QGIS) permettant de spatialiser les processus historiques.

Au cours de ces quatre siècles, le territoire taiwanais a été essentiellement dominé par des pouvoirs exogènes ou coloniaux, tout en étant le support d’intenses brassages ethniques, notamment par l’afflux de migrants issus du continent chinois. Le développement économique et urbain de Taiwan s’est donc trouvé à l’interface de stratégies spatiales de domination occidentale et orientale. Les puissances occidentales ont développé des villes portuaires dans le cadre d’une stratégie coloniale inscrite dans un commerce mondial (comptoirs coloniaux hollandais et espagnols), tandis que les pays orientaux ont poursuivi une stratégie plus continentale, soit en cherchant à isoler Taiwan aux confins d’un monde chinois trans-détroit (domination des Qing), soit en y développant des réseaux urbains à distance des côtes (stratégie coloniale japonaise, poursuivie par le KMT et maintenue jusqu’à nos jours).

Du fait de cette histoire heurtée, la capitale du pays, Taipei, a connu un processus de macrocéphalie moins prononcé que ses consœurs d’Asie orientale. Cela trahit une croissance urbaine plus équilibrée, concentrée cependant dans la partie occidentale de l’île, le long d’un axe de transport continental nord-sud reliant deux grands pôles portuaires. La topographie très accidentée de Taiwan et sa proximité de la Chine ont également concouru au développement occidental du réseau urbain. A l’exception des Qing (mandchou), tous les pouvoirs exogènes à Taiwan se sont appuyés sur l’ethnie han —selon des stratégies diverses face à ses formes complexes—, reléguant une grande partie des aborigènes dans les espaces montagneux de l’est et réduisant leur riche diversité linguistique et culturelle.

Si la diversité ethnique de Taiwan est revendiquée depuis l’avènement d’un régime démocratique, le réseau urbain actuel conserve l’héritage du dispositif spatial de la période coloniale japonaise, tout en se repliant sur le nord-ouest de l’île par suite de la désindustrialisation du pôle portuaire méridional de Kaohsiung. Cette situation amène à réinterroger l’application du concept « d’État développeur » (developmental state, Johnson, 1982) au cas taiwanais. La thèse démontre que Taiwan répond aux critères d’une stratégie productiviste d’État développeur au cours de la période autoritaire du KMT, mais que ce n’est plus le cas à l’ère démocratique en raison de l’affaiblissement de l’agence de pilotage économique et de la délocalisation d’une grande partie de l’appareil industriel taiwanais en Chine.

Summary

Taiwan’s Political Regimes, Economic Development and Urban Growth

This thesis provides a macro-regional reading of the urbanization process in Taiwan since its origins, over a period of four centuries. The characteristics of city growth are captured in relation to the development strategies of the various regimes on the island. The method intersects a historical approach, based on the controversial writings of the great Taiwanese narrative, with geographic information techniques (QGIS software) to spatialize historical processes.

During these four centuries, the Taiwanese territory has been essentially dominated by exogenous or colonial powers, while at the same time being the support of intense ethnic mixing, notably by the influx of migrants from the Chinese mainland. Taiwan’s economic and urban development has thus found itself at the interface of Western and Eastern spatial strategies of domination. The Western powers developed port cities as part of a colonial strategy embedded in world trade (Dutch and Spanish colonial trading posts), while the Eastern countries pursued a more continental strategy, either by seeking to isolate Taiwan on the borders of a trans-strait Chinese world (domination of the Qing), or by developing urban networks at a distance from the coasts (Japanese colonial strategy, pursued by the KMT and maintained to the present day).

As a result of this conflicting history, the country’s capital, Taipei, experienced a less pronounced process of urban primacy than its East Asian counterparts. This betrays a more balanced urban growth, concentrated however in the western part of the island, along a north-south continental transport axis linking two major port hubs. Taiwan’s very rugged topography and its proximity to China have also contributed to the western development of the urban network. With the exception of the Qing (Manchu), all the exogenous powers in Taiwan have relied on the Han ethnic group – according to various strategies in the face of its complex forms –, relegating a large part of the aborigines to the mountainous areas of the East and reducing their rich linguistic and cultural diversity.

While Taiwan’s ethnic diversity has been asserted since the advent of a democratic regime, the current urban network retains the legacy of the spatial arrangement of the Japanese colonial space system, while retreating to the northwest of the island as a result of the deindustrialization of the southern port of Kaohsiung. This situation leads us to reexamine the application of the concept of the "developmental state" concept (Johnson, 1982) to the Taiwanese case. The thesis shows that Taiwan met the criteria of a developmental state productivist strategy during the authoritarian period of the KMT, but that this is no longer the case in the democratic era due to the weakening of the economic pilot agency and the relocation of a large part of the Taiwanese industrial apparatus to China.

Date de mise à jour : 16 juillet 2020

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés