Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « L'UMR « COVID-19 « COVID-19 & recherche : initiatives et collaborations de membres de l'UMR

COVID-19 & recherche : initiatives et collaborations de membres de l’UMR

COVID-19 & recherche : initiatives et collaborations de membres de l’UMR

Face au COVID-19, les chercheurs de toutes les disciplines se mobilisent, y compris au sein de l’UMR Géographie-cités, avec plusieurs initiatives et collaborations de membres de notre laboratoire :

  1. Julie Vallée (CR CNRS) contribue à l’initiative CoVprehension avec Romain Reuillon (CR CNRS) et Mathieu Leclaire (IT CNRS), affectés aussi à l’Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France.
  2. Sophie Baudet-Michel (MCF Université de Paris), avec Benoit Conti (LVMT) et Charlène Le Neindre (IRDES), conduit es travaux sur les fermetures de lits de réanimation hospitaliers entre 2008 et 2018. Cela s’inscrit dans la suite des travaux conduits sur les fermetures de lits hospitaliers, avec une publication prochaine la revue Géographie, Economie et Société intitulée "Envisager la rétraction d’un équipement dans le système urbain français : le cas des lits d’hospitalisation en court séjour". Une comparaison avec la rétraction en Russie est aussi initiée avec un partenariat et une professeure invitée.
  3. Marion Maisonobe (CR CNRS) contribue au développement de l’outil NETSCITY, une plateforme web permettant de cartographier l’activité scientifique et les réseaux de coopérations qui s’établissent entre villes à l’échelle du monde. Elle permet, en quelques clics, de visualiser les lieux actifs sur des sujets de recherche émergents comme le COVID-19, de cartographier les relations d’un centre de recherche ou encore, les lieux de provenance des participants à une conférence scientifique. Ses travaux sur le COVID-19 sont disponibles en version française et en anglais.
  4. Olivier Telle (CR CNRS, en affectation à l’UMIFRE CSH à Delhi) avec Samuel Benkimoum (doctorant), Ludovic Challonge (IT CNRS) et Éric Denis (DR CNRS), travaillent avec un réseau étendu comprenant des collègues de l’Institut Pasteur, d’un institut d’immunologie à Delhi, des modélisateurs de l’ISC-PIF et de l’université de Liverpool à une analyse des liens entre mobilités humaines et diffusion du COVID-19. Il s’agit d’exploiter les données Facebook-Data-for-Good qui permettent un suivi en temps réel des mobilités – en s’appuyant ici sur des travaux antérieurs développés pour l’étude des liens entre mobilités et épidémie de dengues. Des travaux sont engagés sur l’Inde, et s’étendent à des recherches sur les dynamiques observées en France, au Japon, en Indonésie, en Colombie. Les premiers résultats concernant l’Inde ont été publiés dans cet article : Mapping the lockdown effects in India : how geographers can contribute to tackle Covid-19 diffusion.
  5. Thomas Louail (CR CNRS), avec Hadrien Commenges (MCF Paris 1), et dans le cadre de l’ANR RECORDS (en partenariat avec Deezer), a commencé à regarder comment l’évènement impactait les connexions sur une plateforme de contenus du type Deezer. Les données, géolocalisées via un géocodage des adresses IP (avec certes beaucoup d’erreurs : cependant, l’agrégation des données sur tout le pays permet de voir des tendances), permettent de réaliser des cartes de présence avant/après l’annonce du confinement, et de retrouver des patterns que l’on peut aussi voir via les données mobiles. L’objectif à terme est de voir comment des données très indirectes (des logs de connexion sur une plateforme de musique à la demande) peuvent être utiles dans ce genre de situation pour créer rapidement une carte, et évaluer aussi les changements de rythmes quotidiens des internautes.
  6. Dylan Simon (chercheur associé) et Jean-Louis Tissier (professeur émérite), membres de l’équipe E.H.GO, dans une approche épistémologique, signent un texte intitulé "Piqûre de rappel" dans En attendant Nadeau, Journal de la littérature, des idées et des arts, sur l’ouvrage de Max Sorre (1880-1962) Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écologie de l’homme, œuvre dans laquelle il interrogeait la circulation des virus dans une Terre qui s’uniformise.
Date de mise à jour : 22 avril 2020

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés