Menu | Content | Back | News | Progression | Search | Foot page | Accessibility | Site map | Home page


                      
                      
Decrease font size Increase font size Print page

Diary

««    2019    »»
««    May    »»
Mo Tu We Th Fr Sa Su
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
Next events

Géographie-cités - UMR 8504

UMR Géographie-cités comprises more than 60 researcher-lecturers or researchers, engineers, technicians and more than 60 phD students, engaged in research combining theoretical and epistemological approaches, qualitative and quantitative methods, and empirical and comparative procedures.
Three research teams with complementary objectives make up this UMR: The C.R.I.A research team, The E.H.GO research team, The P.A.R.I.S research team.
Research work is organized according to seven key themes and to one transverse subject.

Director: Éric Denis - Assistant director: Sandrine Berroir
Team managers: Sabine Barles , Olivier Orain and Nicolas Verdier, Sophie Baudet-Michel and [Hadrien Commenges-87] .

Les soutenances à venir

Julien Migozzi, vendredi 9 octobre 2020 à 16h, Université de Paris - Campus Grands Moulins, 10 Rue Françoise Dolto 75013 Paris, 2e étage de la Halle aux Farines, amphithéâtre 5C
Thèse : Une ville à vendre. Numérisation et financiarisation du marché du logement au Cap : stratification et ségrégation de la métropole émergente.}

A la une : Les collections des émérites en ligne

L’UMR propose des collections d’archives ouvertes qui réunissent l’intégralité de la production de ses membres émérites : pour le moment sont disponibles en ligne les travaux de François Durand-Dastes, Denise Pumain et Thérèse Saint-Julien. Les archives de Violette Rey sont en cours de dépôt.

François Durand-Dastès est connu pour ses travaux pionniers sur les systèmes et les modèles, concepts qu’il a appliqués, entre autres, à la climatologie et à la géographie rurale.

Denise Pumain est une spécialiste des villes et des systèmes urbains dans le monde. Co-fondatrice du laboratoire Géographie-cités, elle a produit des travaux innovants sur les dynamiques urbaines.

Violette Rey est une géographe spécialiste de l’Europe centrale et orientale. Elle a dirigée, jusqu’en septembre 2007, Géophile (ENS de Fontenay-Saint-Cloud), équipe rattachée à Géographie-cités de 1997 à 2006.

Thérèse Saint-Julien est une spécialiste des villes et des dynamiques territoriales et est membre associée de l’équipe P.A.R.I.S., au sein du laboratoire Géographie-cités dont elle est cofondatrice.

Voir les archives des émérites

300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération.

Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle.

Motion relative au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Nous, membres du laboratoire Géographie-cités (UMR 8504), réuni.e.s en Assemblée Générale ce lundi 20 janvier 2020, déclarons être mobilisé.e.s contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Nous nous inscrivons à ce titre dans le mouvement social en cours contre la réforme des retraites et pour la défense des services publics, afin de faire bloc contre les mesures qui visent à la destruction de l’État social.

Nous dénonçons les orientations de la LPPR, qui ne peuvent que conduire à une plus forte concurrence entre les personnels et les établissements, à la précarisation des personnels, à l’augmentation de la souffrance au travail et contribueront à institutionnaliser la dégradation progressive de l’enseignement universitaire et de la recherche publique.

Le projet de LPPR met en danger le statut des travailleuses.eurs de l’ESR. En particulier, nous contestons la remise en cause des statuts des enseignant.e.s-chercheur.e.s, chercheur.e.s, ingénieur.e.s et ITA par la contractualisation préoccupante et croissante de l’ESR, et le renforcement des logiques d’évaluation (non collégiales). Nous refusons notamment toute modulation de service pour les enseignant.e.s chercheurs.ses.

Il ne s’agit pas d’une attaque isolée. Ce projet de loi s’inscrit dans un agenda politique de destruction des droits des travailleuses.eurs, de même que les réformes inter-sectorielles concernant l’assurance chômage et les régimes de retraite. Dans l’ESR, comme dans les autres secteurs, ces réformes pénaliseront d’abord les personnes les plus touchées par la précarité, notamment les femmes et celles et ceux qui multiplie(ro)nt les vacations et les contrats précaires (ingénieur.e.s, doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s…).

À l’inverse des logiques portées par ces réformes, nous exigeons des investissements nécessaires pour assurer un véritable service public de l’enseignement supérieur et une recherche publique indépendante. Nous exigeons une forte augmentation des financements pérennes destinés aux laboratoires et une diminution de la part du financement issue de la recherche sur projets. De plus, nous exigeons la revalorisation du point d’indice des personnels de la recherche, notamment les ITA et BIATSS, l’augmentation du nombre de postes ouverts aux concours et le remplacement systématique des personnels de l’ESR partant à la retraite.

Nous nous associons aux motions déjà votées dans d’autres structures de l’ESR et notamment celle votée le samedi 18 janvier 2020 par l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte. Nous appelons à une mobilisation massive et à la mise en place d’actions concrètes pour défendre nos droits et pour soutenir les luttes en cours.

Our latest publications

 
 

Géographie-cités 2011, All rights reserved