Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « L'UMR « Membres « C « COLDEFY Magali

Magali COLDEFY

Associée
P.A.R.I.S

Envoyer un message

FORMATION

Doctorat de Géographie à Paris 1 - Queen Mary University of London depuis 2005
DEA Géographie de la Santé à Paris 10 - Nanterre de 2003 à 2004
DESS Démographie et Données Sociales à Amiens, Université Picardie Jules Verne de 1997 à 1998
Maîtrise de Sociologie à Université de Nice Sophia Antipolis de 1996 à 1997

PARCOURS PROFESSIONNEL

Chargée de recherche à l’Institut de Recherche et de Documentation en Economie de la Santé, Paris, de 2007 à aujourd’hui
Chargée d’études à la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques, Ministère de la Santé, Paris, depuis 2001
Chargée d’études à l’Observatoire Régional de la Santé du Centre, Orléans de 1999 à 2001

THÈMES DE RECHERCHE

Géographie de la santé mentale, offre de soins en psychiatrie

Approche géographique de l’histoire de la prise en charge de la maladie mentale :

L’histoire française de la prise en charge de la maladie mentale est très marquée territorialement, depuis l’érection des grandes institutions asilaires du XIXème siècle à la politique de sectorisation, qui en ancrant la désinstitutionnalisation (soit la fermeture de lits d’hospitalisation et l’ouverture de nouvelles structures basées dans la communauté) à une référence spatiale (le secteur, zone géo-démographique de 70 000 habitants, assurant une proximité, une continuité, une égale accessibilité des soins à un bassin de population donné), a marqué pendant longtemps l’aspect novateur de la psychiatrie française. Ce mode d’inscription dans l’espace participe de la construction sociale de la prise en charge de la maladie mentale.
Plusieurs études étrangères ont mis en évidence que les critères d’accessibilité n’étaient pas suffisants pour expliquer la localisation des établissements psychiatriques, mettant en avant d’autres facteurs explicatifs : interdépendance fonctionnelle et co-localisationnelle des services, importance des discours médico-moraux dans les processus de localisation des asiles, manœuvres complexes entre politiques, professionnels et usagers, rôle joué par des acteurs locaux puissants de l’histoire, complexité des processus de mise en place d’une politique nationale au niveau local.
Ce projet se propose, en utilisant les différentes méthodes d’analyse spatiale et statistique, mais aussi l’exploitation de données d’archives et d’entretiens, de représenter cette géographie et d’expliquer les processus de structuration territoriale de l’offre de soins en psychiatrie en France. La première partie de la recherche est consacrée à l’analyse de la géographie asilaire du XIXème siècle qui étudie un petit nombre de services de grande taille dispersés sur le territoire. Les choix faits à cette époque contribuent en partie à expliquer la géographie post-asilaire ou de la désinstitutionnalisation qui se penche sur l’analyse d’un grand nombre de services de petite taille concentrés dans la ville, constituant la deuxième partie de ce projet.

Date de mise à jour : 23 avril 2013

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés