Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Programmes scientifiques « Programmes nationaux « RESET - Rôle de l’estuaire de Seine dans l’écologie territoriale de la Normandie : cycles des nutriments et systèmes hydro-agro-alimentaires

GIP SEINE-AVAL

RESET - Rôle de l’estuaire de Seine dans l’écologie territoriale de la Normandie : cycles des nutriments et systèmes hydro-agro-alimentaires

Durée : 2014 - 2018

L’estuaire de la Seine joue un rôle central dans le métabolisme du territoire normand et ses échanges avec les autres territoires avec lesquels il est en relation, et tout particulièrement l’Ile-de-France et l’agglomération parisienne. L’estuaire est en effet à la fois un axe majeur de transport de marchandises importées et exportées, un habitat et une ressource pour la flore et la faune et une voie d’évacuation des déchets du métabolisme territorial de tout le bassin de la Seine, qui impacte lourdement le fonctionnement de l’écosystème marin côtier.
Le projet RESET, qui adopte résolument une approche d’écologie territoriale, vise à tout d’abord à décrire l’évolution sur une cinquantaine d’années des relations entre le développement urbain, industriel et agricole des territoires impliqués et celle du fonctionnement biogéochimique des systèmes hydrologiques (fluvial, estuarien et marin côtier) en termes de bilan des éléments biogènes. L’objectif est de retracer les trajectoires socio-écologiques des territoires pour relier l’évolution de l’écosystème Estuaire aux choix économiques et techniques qui ont été faits en matière de développement de la Normandie, plus particulièrement en ce qui concerne les fonctions liées au système hydro-agro-alimentaire (agriculture, élevage, industrie agroalimentaire, gestion des eaux usées, qualité des eaux souterraines et de surface).
Le projet a de plus la volonté d’établir et d’analyser divers scénarios possibles de l’évolution future de ces trajectoires et du fonctionnement du territoire Normand et de ses écosystèmes, dans un gradient d’hypothèses allant de la poursuite de la spécialisation et de l’ouverture des territoires jusqu’à des scénarios alternatifs plus « autocentrés » pour la Normandie et pour le bassin de la Seine dans son ensemble.

Équipes
• UMR METIS (UPMC, Paris)
• LERN (Ifremer, Port en Bessin)
• UMR Géographie-Cités (Sabine Barles, Sabine Bognon)
Coordination : Josette Garnier (METIS)

Date de mise à jour : 7 juillet 2015

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés