Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Archives « L'image du mois « L'image de mai 2014

L’image de mai 2014

Soldes migratoires en France métropolitaine entres les bassins de vie à dominante urbaine et plusieurs types et sous-types de campagnes (RP 2007)

 

Qui est l’auteur de cette image ?

Pierre Pistre, je suis Docteur en géographie depuis décembre 2012, actuellement post-doctorant à l’IFSTTAR (département AME, laboratoire DEST) dans le cadre d’un projet PREDIT intitulé La face cachée de la dynamique de la mobilité : rôle des zones peu denses dans l’évolution à long terme des territoires et de la mobilité (dirigé par Jean-Paul Hubert).

D’où cette image est-elle extraite

Cette image est extraite de mon travail de thèse, réalisé au sein de l’UMR Géographie-cités entre 2008 et 2012, qui a pour titre Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Elle est plus précisément tirée du chapitre 2 de la première partie du volume de thèse, dont le principal objectif est de montrer, qualifier et évaluer, l’ampleur des reprises démographiques dans les campagnes françaises depuis les années 1970-1980. Celles-ci ont été principalement portées par des soldes migratoires de plus en plus favorables, résultant eux-mêmes de l’attractivité croissante d’une majorité de territoires à dominante rurale pour des profils d’individus et de ménages variés.

Comment cette image est-elle construite

L’image représente les soldes migratoires enregistrés en France métropolitaine entre un type d’espace à dominante urbaine et plusieurs types et sous-types d’espaces à dominante rurale, ainsi qu’entre ces derniers. Les données utilisées sont issues du recensement de la population 2007 (fichier détail MIGCOM, données migratoires pour les enquêtes annuelles de recensement de 2005 à 2009), et les migrations résidentielles sont établies à partir des communes de résidence actuelle (au moment du recensement) et celles de résidence antérieure (au 1ier janvier n-5 ans). Les catégories spatiales – de deux niveaux pour les types d’espace appartenant aux bassins de vie à dominante rurale – correspondent à des groupes de bassins de vie préalablement établis par classification statistique, à partir de 42 indicateurs statistiques (démographiques, socioéconomiques, de logement, etc.). L’analyse des échanges migratoires dissocie par ailleurs les déplacements de proximité, au-delà de l’ancienne commune de résidence mais dans le même département, des migrations de longue distance uniquement en France métropolitaine. Enfin, deux indicateurs statistiques sont précisément représentés sur l’image à l’aide d’une même variable visuelle de taille : d’une part le nombre d’habitants au RP 2007 par types d’espace sous forme de cercles proportionnels, et d’autre part les soldes migratoires pour chaque relation entre catégories spatiales à partir de flèches proportionnelles.

Pourquoi as-tu choisi de montrer cette image ?

L’étude agrégée des soldes migratoires contemporains, entre les bassins de vie à dominante urbaine et plusieurs catégories de bassins de vie à dominante rurale, met en évidence une large majorité d’échanges positifs au profit des différents types de campagnes françaises. Fort logiquement, ils le sont pour les campagnes des villes, ce qui conforte l’idée d’une poursuite des dynamiques de périurbanisation à des niveaux élevés, principalement alimentées par des migrations de proximité. Mais les échanges sont aussi positifs pour les campagnes résidentielles voire productives, où les migrations de longue distance sont motrices dans l’amélioration des situations migratoires et, plus globalement, démographiques. Il y a là le signe de tendances de plus en plus favorables dans les campagnes françaises : celles sous influence urbaine plus ou moins directe, mais aussi au-delà, dans des territoires peu denses et vieillis, qui restent marqués par les populations et activités agricoles et ouvrières, ou dans des campagnes littorales, montagnardes et des arrière-pays, caractérisées par les installations résidentielles et les activités touristiques.
Cette image est en forme de point de départ, le travail de thèse a ensuite consisté à détailler l’étude des individus et des processus acteurs des reprises démographiques contemporaines dans les campagnes françaises.

Date de mise à jour : 14 mai 2014

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés