Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Lire aussi
Accueil « Evénements « Séminaires « Séminaire de lecture "Le sensible, un objet pour la géographie et les sciences de l’espace"

Décembre 2012 - Juin 2013

Séminaire de lecture "Le sensible, un objet pour la géographie et les sciences de l’espace"

Résumé

Depuis quelques années, le sensible émerge sous de multiples formes comme objet de recherche dans les sciences sociales. Le courant anglo-saxon des Emotional Geographies en témoigne. Ce séminaire se veut être un espace d’échange autour des auteurs qui interrogent la question du sensible comme référentiel géographique. On interrogera le sensible comme objet d’étude pour la géographie et les sciences de l’espace comme le paysage, l’architecture ou l’urbanisme. Le sensible est envisagé ici comme une dimension ontologique de l’espace. Cette vaste notion nous permet d’englober tout ce qui est relatif à la perception. D’une part, le registre sensoriel (l’auditif, le tactile, l’olfactif, le visuel, le goût...) et le registre des affects relatif au vécu : un espace fait résonner des valeurs émotionnelles, des significations individuelles et collectives. Le sensible se situe dans l’interaction entre le sujet et l’objet. Il n’est ni subjectif, ni objectif, au sens où il n’est ni issu d’un pur acte de réception à des stimulis extérieurs, ni le résultat d’une opération d’intellection totale allant jusqu’à objectiver, neutraliser des données de la perception. Etudier le sensible en géographie, c’est étudier les interactions entre l’espace et l’individu ou un groupe d’individus en ce sens que toute sensation fait l’objet d’une intellection par la pensée et l’espace ne peut être appréhendé que par le prisme de la perception. Le sensible évince d’emblée les dichotomies classiques des Sciences Humaines et Sociales comme les catégories d’objet et de sujet et adopte ainsi son propre régime de rationalité que nous tenterons d’approcher tout au long de ce séminaire.

Fonctionnement du séminaire :

Ce séminaire prendra la forme d’un atelier de lecture et de recherche afin de discuter les travaux d’auteurs francophones ou anglophones reconnus dans ce champ. Il vise donc à partager les efforts de théorisation pour penser le sensible en géographie et dans les autres sciences de l’espace. Pluridisciplinaire, il fonctionne sur la base d’une séance mensuelle. S’il s’adresse d’abord aux doctorants, il est ouvert à tous, aux étudiants en Master, aux jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés.
Ce séminaire sera aussi l’occasion d’ouvrir des pistes de discussion autour de la mise en parallèle des ouvrages abordés avec les travaux de recherche des participants. Il s’agit de créer un espace d’échange et de discussion autour de la construction d’un objet de recherche dans ce champ, des méthodologies et des questions réflexives.
On attend des participants une présence active. Pour chaque séance, un-e participant-e sera plus particulièrement en charge de présenter l’ouvrage, un autre de présenter des pistes de discussion
autour du même livre.

La prochaine et dernière séance se déroulera le vendredi 5 juillet 2013 (et non le 28 juin comme annoncé préalablement), de 18H00 à 20H00 à l’UMR Géographie-Cités (13, rue du Four, 75006 Paris), dans la bibliothèque de l’équipe E.H.GO, au troisième étage.
Elle sera consacrée à une synthèse des travaux effectués cette année sur la question du sensible dans le cadre du séminaire.

PDF - 112.3 ko
Programme
Date de mise à jour : 20 juin 2013

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés