Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Lire aussi
Accueil « L'UMR « Membres « L « LE BIGOT Brenda

Brenda LE BIGOT


P.A.R.I.S
13 rue du Four 75006 Paris

Envoyer un message

Brenda Le Bigot est doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Nadine Cattan. Sa thèse analyse les mobilités privilégiées effectuées dans un cadre international et principalement guidées par le loisir. Elle étudie les mobilités des backpackers et des hivernants, des mobilités Nords-Suds et de longue durée, rarement analysées conjointement et dans une lecture spatiale.

L’objectif est de comprendre la diversité des rapports aux lieux produits par ces mobilités privilégiées dans le cadre d’une mondialisation croissante des modes de vie. Il s’agit de contribuer à faire avancer les connaissances au croisement des études touristiques et migratoires, notamment à travers l’utilisation des propositions théoriques et conceptuelles des lifestyle migrations. Il est également question de saisir les continuités et reconfigurations des rapports sociaux et des rapports de pouvoirs à l’échelle mondiale dont témoignent ces mobilités privilégiées. Cette thèse explicitera aussi concrètement comment ces populations mobiles expérimentent des rapports aux lieux entre passage et appropriation de l’espace, contribuant à la dimension translocale des modes de vie contemporains.

Ces deux figures de jeunes itinérants (backpackers) et retraités séjournant l’hiver au soleil (hivernants), sont abordées de façon croisée à travers une enquête de terrain, déclinée respectivement en Thaïlande (Bangkok et Ko Phangan) et au Maroc (Agadir). La thèse appréhende le déploiement multi-scalaire des espaces de mobilité de ces populations en analysant leurs pratiques dans les territoires du quotidien, les espaces métropolitains dans leur ensemble et les réseaux transnationaux. Le décryptage de ces pratiques spatiales et des réseaux de sociabilité associés rend compte d’une relation complexe à l’Ailleurs et l’Autre contribuant à façonner un rapport ambigu aux lieux.

La thèse montre comment cette ambiguïté requalifie les dualités classiques telles que le tourisme et la résidence, le quotidien et le hors-quotidien. Parallèlement, la thèse met en évidence la manière dont l’imbrication des jeux de pouvoir favorise ces populations mobiles privilégiées dans la construction d’un chez-soi temporaire dans un Ailleurs. Au final, la thèse investit la notion de mondialisation à travers le croisement de ces deux figures de la mobilité privilégiée, pour dire comment celles-ci reconfigurent dans une dimension translocale les cadres structurants de lecture des sociétés, au delà des interprétations uniquement individualistes des dynamiques contemporaines.
(Cf. Thèmes de recherche)

FORMATION

Depuis 2012 : Doctorat de Géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

2012 : Master 2 Géoprisme-Sciences des territoires à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

2011 : Master 1 de Géographie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
Mémoire sous la direction d’Antoine Fleury : L’habiter mobile : l’exemple 
des couchsurfers à Paris et à Berlin.

2010 : Licence 3 de géographie à l’Université Rennes 2

2007-2009 : Classe préparatoire Lettres et Sciences Humaines au Lycée Chateaubriand à Rennes.

PARCOURS PROFESSIONNEL

2015-2016 : Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne à l’IREST (Institut de Recherche et d’Études Supérieures du Tourisme) Enseignements : Tourisme et des espaces urbains (M1) ; Cartographie et SIG (M1), Techniques de la recherche d’emploi (M1), Atelier (M1 et M2), suivis de mémoires de recherche (M1 et M2).

2012-2015 : Missions d’enseignement (allocataire-moniteur) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de géographie. Enseignement : Culture générale en géographie (L1), Diagnostic territorial (L1) , Enjeux sociaux/enjeux spatiaux (L3), Statistique et cartographie thématique (L1).

Été 2012 : Mission d’ingénieure d’étude contractuelle CNRS en traitement et analyse de bases de données dans le cadre de la réalisation d’un Atlas des sexualités, dirigé par Nadine Cattan et Stéphane Leroy, éditions Autrement (à paraître en 2013).

2011-2012 : Vacation de tutorat en géographie humaine auprès d’étudiants de L1 et L2 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Juin 2010 : Stage au service d’urbanisme de l’agglomération de Lorient.

Mai 2010 : Stage au laboratoire de recherche en Sciences sociales RESO (Rennes 2) dans le cadre d’une enquête sur les migrations de femmes 
médecins roumaines en Bretagne.

ACTIVITÉ SCIENTIFIQUE

Depuis 2014 : Membre du comité éditorial de la revue Feuilles de Géographie pour la diffusion de contenus pédagogiques en géographie pour l’enseignement supérieur. http://www.feuilles-de-geographie.com/

2012 à 2014 : Membre du comité de rédaction en ligne - correcteur dans Cybergéo, revue européenne de géographie

THÈMES DE RECHERCHE

- Mobilités internationales
(backpackers, seniors en mobilité saisonnière, migrations en général)
- Tourisme
(Tourisme itinérant, tourisme urbain, Paris, Berlin, représentations et pratiques touristiques, couchsurfing)
- Capital mobilité
(la mobilité au cours du parcours de vie, inégalités d’accès à la mobilité, injonction à la mobilité)
- Appropriation de l’espace
(entre soi, coprésence)

PUBLICATIONS

Communication

Le Bigot B., 2015, "’Migrant’ du temps-libre ? Discussion théorique et croisée autour de mobilités de longue durée et de loisir, des Nords vers les Suds", Colloque Des Nords vers les Suds : État de la recherche sur les mobilités, Paris, 20-21 mai 2015.

Le Bigot B., 2014, "Dessiner les contours d’une catégorie d’individus mobiles : les « hivernants » européens au Maroc", Journée d’étude programme Émergence, De l’Europe vers le Maghreb : recherche sur les mobilités Nord-Sud, Oran, 18-19 novembre 2014.

Le Bigot B., 2014, "Saisonniers du temps libre : modalités socio-spatiales de la présence des « hivernants » européens au Maroc", Journées d’étude Centre Jacques Berque, Présence des étrangers, cosmopolitisme et changements sociaux au Maroc contemporain, Rabat, 3-4 novembre 2014.

Le Bigot B., 2014, "Les hivernants Européens au Maroc, une mobilité cyclique entre les deux rives de la Méditerranée", Table ronde Migrations méditerranéennes dans la tourmente, une lecture au prisme du changement, Rome, 26-27 mai 2014.

Le Bigot B., 2014, " « Le tour du monde en 365 jours », questionner l’institutionnalisation du backpacking", 4e colloque international de l’Association ASTRES, Le tourisme hors des sentiers battus, Paris, 21 au 23 mai 2014.

Le Bigot B., 2013, "Touriste ou résident ? Réflexion sur des lieux et pratiques en convergence", Rencontres Internationales des Jeunes Chercheurs Chair UNESCO Tourisme, Culture et Développement, Repenser les dichotomies structurantes des sciences sociales au regard de l’objet tourism, Paris, 19-21 septembre 2013.

Le Bigot B., 2013, "Backpacking : an itinerant form of expatriation ?, RGS-IBG Annual International Conference, Session : The expatriate question, Londres, 28-30 août 2013.

Le Bigot B., 2013, "Places and couchsurfers : the cases of Paris and Berlin", Tourism in a network society, Amsterdam, 5-6 avril 2013.

Article

Le Bigot B., 2017, "Les migrations hivernales des Européens vers le Maroc : circulations et constructions des espaces de vie", Autrepart, n° 77, p. 51-68, à paraître.

Le Bigot B., 2016, " ’Le tour du monde’ des backpackers, voyage normalisé ?", Via@ Tourism Review, vol. 1, n°9, http://viatourismreview.com/fr/2016/07/art3-backpackers/

Le Bigot, 2015, "Saisonniers du temps libre : modalités socio-spatiales de la présence des ’hivernants’ européens au Maroc", in Khrouz N. et N. Lanza, Migrants au Maroc. Cosmopolitisme, présence d’étrangers et transformations sociales, Rabat, Konrad-Adenauer-Stiftung/Centre Jacques Berque, pp. 31-37.

Le Bigot B., Fleury A., 2013, "Le couchsurfer, un néo-routard urbain ?", Téoros (http://teoros.revues.org), vol. 32, n°1, pp. 100-111.

Pour consulter les archives ouvertes de cet auteur

Il se peut que ce membre n’ait pas encore de publications dans nos collections]

Date de mise à jour : 11 septembre 2017

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés