Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Programmes scientifiques « Agence Nationale de la Recherche (ANR) « MIRO2 : accroître l’accessibilité à la ville pour maîtriser la mobilité urbaine

ANR-08-VILL-0004-01

MIRO2 : accroître l’accessibilité à la ville pour maîtriser la mobilité urbaine

Durée : 2009-2012

Ce projet de recherche pluridisciplinaire associe géographes, économistes, statisticiens et informaticiens de plusieurs institutions et universités : CNRS, IRD (GEODES), Université de Strasbourg (LIVE), Franche-Comté à Besançon (CRESE et LIFC), de Bourgogne (THEMA), de Grenoble (PACTE), d’Orléans (CEDETE).
Il bénéficie d’une aide ANR de 346 000 euros pour un coût global de l’ordre de 1,5 millions d’euros. Il a démarré le 1er janvier 2009, pour une durée de quatre ans.
Ce projet s’inscrit dans la continuité du projet MIRO, financé par la DRAST dans le cadre du PREDIT3 (GO1) et fait partie des projets labellisés par le pôle Véhicules du Futur et par l’institut des Systèmes Complexes de Paris-Ile de France (www.iscpif.fr).

• Du droit à une mobilité choisie au droit à la ville pour tous

« Trop de mobilité tue la ville ». L’enjeu d’un développement urbain harmonieux et durable est alors d’identifier des conditions de mobilité quotidienne permettant à la ville de continuer à jouer son rôle de mise en relation, tout en conservant la maîtrise de la croissance d’externalités négatives qui se posent aujourd’hui avec une acuité particulière : étalement urbain, congestion, consommation et production énergétique, risques et nuisances...
Cet équilibre délicat et fragile implique, pour être atteint, une réflexion de fond sur la notion d’accessibilité à l’espace urbain, non seulement du point de vue des lieux (accessibilité structurelle), mais également et surtout de celui des individus qui les habitent et qui, pour l’organisation de leurs activités quotidiennes, sont amenés à naviguer entre besoins et ressources, contraintes et opportunités (accessibilité fonctionnelle).
Compte tenu de la complexité des organismes urbains et des problèmes posés, ainsi que des fortes contraintes qui limitent nos capacités d’expérimentation, ce projet vise également à contribuer au développement de méthodes et de protocoles de modélisation et de simulation nous permettant à terme d’explorer, sur une base quasi expérimentale, le fonctionnement même des systèmes urbains.

• Des trajectoires individuelles à la ville en mouvement : vers une simulation multi-agents de la mobilité urbaine quotidienne

L’accessibilité spatio-temporelle réelle des citadins aux territoires urbains ne peut être obtenue simplement en travaillant sur l’accessibilité des lieux, et implique de reconstruire les programmes d’activités et les trajectoires spatio-temporelles des individus. Des données fiables existent (enquêtes ménages-déplacements), qu’il s’agit d’exploiter et de valoriser dans une perspective renouvelée. Toutefois, compte tenu des interactions en jeu et de la forte dépendance des comportements individuels aux situations localement rencontrées, nous proposons une approche fondée sur la simulation informatique individus-centrée, à base d’agents. Une telle approche permet d’explorer aussi bien l’influence des comportements individuels sur le fonctionnement global de la ville que les possibles modifications comportementales induites par des modifications macroscopiques.

• illustration

• résultats majeurs

Ce projet vise à créer des environnements urbains virtuels réalistes (SIG des agglomérations de Dijon et Grenoble) et à y créer de larges populations d’agents synthétiques à partir de données de recensement et d’enquête. Ces agents intègreront des mécanismes complexes d’arbitrage et de choix, mobilisables lors du processus de prise de décision dans un environnement complexe porteur d’opportunités et de contraintes. De nouveaux indicateurs d’accessibilité spatio-temporelle désagrégés seront alors produits, afin de préciser les pertes et gains d’accessibilité engendrés par des projets d’aménagement, ainsi que leurs retombées sur les programmes d’activités des individus. Des protocoles de vérification et de validation permettront de déterminer la confiance à accorder aux simulations ainsi produits. Nous testerons également les possibilités d’évolution vers une plateforme de simulation collaborative permettant de réunir différents acteurs autour d’un modèle et de les faire participer à un même processus de simulation.

Publications Récentes :

BANOS A ., THEVENIN T. (dir), 2010, Systèmes de transport urbain : caractérisation de l’offre et estimation de la demande, Hermès, Paris 240 p.

BANOS A ., THEVENIN T. (dir), 2010, Mobilités urbaines et risques des transports : approches géographiques, Hermès, Paris 244 p.

BANOS Arnaud, BOFFET-MAS Annabelle, CHARDONNEL Sonia, LANG Christophe, MARILLEAU Nicolas, THEVENIN Thomas, 2010, "Simuler la mobilité urbaine quotidienne : le projet MIRO", in : BANOS A ., THEVENIN T. (dir), Mobilités urbaines et risques des transports : approches géographiques, Hermès, 51-88.

BANOS Arnaud, BOFFET-MAS Annabelle, CHARDONNEL Sonia, LANG Christophe, MARILLEAU Nicolas, THEVENIN Thomas, 2010, "MIRO, des trajectoires individuelles à la ville en mouvement", in : ANTONI Jean-Philippe (dir), Modéliser la ville : formes urbaines et politiques de transport, Economica, 438 p.

Direction : Arnaud Banos

Voir en ligne : Pour plus d’informations

Date de mise à jour : 3 mai 2017

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés