Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Axes de recherche « Archives - Les axes 2010-2013 « 2 - Dynamique des villes en réseau : analyse comparative et modélisation

2 - Dynamique des villes en réseau : analyse comparative et modélisation

Les villes contribuent, par les réseaux qui y prennent appui et qu’elles animent, à structurer l’espace mondial – à toutes les échelles – qu’il s’agisse de la vie des habitants, du devenir des territoires régionaux ou nationaux, ou encore des organisations politiques et économiques, via des flux financiers, culturels ou d’information. Les villes ne sont jamais isolées, elles évoluent de façon interdépendante. Ces systèmes complexes sont largement auto-organisés mais aussi guidés dans leur évolution par des dynamiques de path dependence (enchaînement historique). L’équipe PARIS développe une théorie évolutive des systèmes de villes qui permet d’expliquer les différences observées entre les réseaux urbains de diverses parties du monde, de proposer des scénarios d’évolution future, de mieux comprendre et anticiper les trajectoires de chaque ville.

La construction théorique s’appuie sur l’observation et la modélisation de la dynamique des systèmes de villes, dans une perspective de « systèmes complexes », grâce à une réflexion épistémologique sur les modèles et des collaborations interdisciplinaires. Elle suppose un important travail d’harmonisation spatiale et temporelle de bases de données sur les villes, dans une perspective de comparaison historique et mondiale. Les interdépendances urbaines sont produites par des interactions sociales, notamment celles qui accompagnent l’évolution des mobilités, et leur étude permet de mieux saisir les dynamiques des flux, réseaux et réorganisations hiérarchiques. Sur des exemples concrets, la démarche éclaire ainsi le passage entre les niveaux intra et interurbains, à l’articulation entre villes et réseaux de villes.

JPEG - 677.5 ko
Niveaux d’échelle et systèmes urbains

La dynamique des systèmes de villes, dans une perspective de « systèmes complexes »
La théorie se construit en confrontant les observations issues d’analyses comparatives à des concepts et des modèles transférés de sciences plus formalisées (mathématique, physique, informatique…), ce qui contribue en retour à enrichir une science des systèmes complexes incluant des processus historiques, sociaux et spatiaux. Ce thème prolonge des travaux portant sur la modélisation de l’évolution des systèmes de villes par les systèmes multi-agents Eurosim et Simpop2, sur les lois invariantes d’échelle et leurs relations avec les cycles de l’économie urbaine, ainsi que sur des modèles de croissance urbaine intégrant les interactions spatiales et des modèles d’analyse des réseaux complexes.

L’harmonisation spatiale et temporelle de bases de données sur les villes, dans une perspective de comparaison historique et mondiale
Le développement des théories urbaines évolutives suppose la définition d’entités urbaines pertinentes et cohérentes pour les analyses comparatives dans le temps et l’espace. La construction de bases de données urbaines spatio-temporelles est donc essentielle. Des régions représentatives de la diversité mondiale des typologies urbaines ont été sélectionnées : l’Europe, l’Afrique du sud, l’Inde et les Etats-Unis. Des modèles de données sont construits pour élaborer et gérer ces bases, multi-niveaux, dynamiques et multi-sources. Il s’agit d’explorer plus particulièrement les données urbaines récentes en Europe, en interaction avec des travaux d’analyse comparative et de modélisation.

JPEG - 278.4 ko
Les mobilités internationales en Europe

Flux, réseaux et réorganisations hiérarchiques
Pour pallier la rareté des données empiriques quant aux interactions qui réorganisent les systèmes de villes, des enquêtes sont menées sur les mobilités et sur la contribution de ces nouvelles formes de mobilité à la mise en réseau des villes européennes. En outre, des travaux sont conduits sur les mobilités étudiantes et sur les réseaux de recherche impliqués dans les technologies de pointe. Les résultats devraient permettre de consolider les interprétations dans le cadre des théories du polycentrisme déjà bien analysées dans des travaux antérieurs.

L’articulation entre villes et réseaux de villes
Une première image de la situation de chaque ville dans une structure d’ensemble des hiérarchies et des spécialisations urbaines est donnée classiquement par des analyses multivariées de nombreux attributs des villes. La théorie évolutive suppose de compléter cette description par celle des interactions spatio-temporelles entre le devenir d’une ville et celle des autres, sous forme d’échanges ou de flux, dans un territoire intégré. Les travaux portent sur la position relative des villes françaises d’après des indicateurs relatifs à la pollution et à la santé. Ils visent également les réorganisations fonctionnelles liées à des déplacements de capitale dans certains pays européens et plus généralement l’articulation entre la morphologie interne des villes et la forme des systèmes de villes.

Date de mise à jour : 17 avril 2014

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés