Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil


                      
                      
Accueil « Recherche « Axes de recherche « Archives - Les axes 2010-2013 « 3 - Nouvelles modélisations spatio-temporelles, multi-acteurs et multiscalaires

3 - Nouvelles modélisations spatio-temporelles, multi-acteurs et multiscalaires

Le pouvoir heuristique de la modélisation consiste à mettre à l’épreuve différentes interprétations possibles en les confrontant à des observations empiriques à travers des modèles. En géographie, elle permet de tester le rôle moteur des interactions dans l’émergence et l’évolution des organisations spatiales des faits sociaux. Conscients du rôle essentiel joué par les modèles dans la communication interdisciplinaire, les membres de l’équipe PARIS portent une grande attention à l’évolution des pratiques dans les autres disciplines et opèrent des transferts raisonnés de méthodes et de concepts développés dans les champs de la physique et de l’informatique, et plus largement dans la science des systèmes complexes. L’objectif est d’enrichir les connaissances sur le fonctionnement des systèmes de villes et des espaces métropolitains. Après avoir créé SimPop, le premier modèle formalisé par les systèmes multi-agents (SMA) en géographie, l’équipe s’engage dans de nouvelles avancées conceptuelles et techniques, en développant des plateformes de modélisation efficaces et en diversifiant les applications. L’objectif des recherches actuelles est de construire des méthodes pour l’évaluation, la validation et l’expérimentation des modèles. Un autre défi est celui de l’identification des objets et des relations dans les modèles, ce qui implique une formalisation des notions d’individus, de contextes et plus généralement d’ontologies.

L’équipe reste un lieu de référence pour les outils d’analyse des configurations spatiales. Par exemple, des modèles gravitaires employant une méthode de lissage par potentiel connaissent un succès croissant (utilisations par l’Agence Européenne de l’Environnement, le programme ESPON, etc.). Certaines bases théoriques de ces méthodes sont aujourd’hui approfondies pour analyser les relations entre formes et processus lors des changements d’échelle. La question posée à la recherche est celle de l’articulation entre espace social et espace géométrique.

Evaluation, validation, expérimentation
Plusieurs modèles développés sous la plate-forme SIMPOP2 permettent l’expérimentation à des échelles de temps et d’espace variées. Outre les travaux de comparaison systématique, les membres de l’équipe développent des applications prenant en compte explicitement plusieurs niveaux géographiques (et pas seulement deux comme dans les applications classiques en systèmes multi-agents) et mettent au point des méthodes innovantes de validation/évaluation adaptées à la multiplicité des échelles considérées.

Individus, contextes, ontologies
Dans les modèles multi-agents en cours d’élaboration, il s’agit de formaliser des effets de contexte et de processus relevant de logiques d’action, d’acteurs publics ou privés, de groupes sociaux, d’institutions combinés à des processus environnementaux d’échelles temporelles diverses. Une réflexion théorique sur les entités associées à ces différents processus, sur leur statut formel dans les modèles, et sur les relations qui les lient, conduisant à la définition d’ontologies, permet de mieux intégrer ces effets multi-échelles et multi-acteurs dans les modèles.

Espace social et espace géométrique dans les modèles de potentiel
L’opération de lissage qui simplifie la représentation d’une information géographique sous forme de plages continues peut être décomposée comme une suite de projections dans des espaces différents : l’espace social des individus mobiles de la time-geography est par exemple projeté dans l’espace politico-administratif du recensement (les mailles territoriales), puis le lissage projette ces données spatialement discontinues dans un espace géométrique continu qui est celui de la carte lissée (par exemple une carte de potentiel de population ou de revenu). L’analyse de ces filtres successifs conduit à proposer des hypothèses sur le comportement des acteurs.

Date de mise à jour : 17 avril 2014

 
 

Géographie-cités 2011, Tous droits réservés